Culture & Tradition
06 Nov 2018

Diwali Lumière

 

Le jour, aux petites heures, se fait valoir.  L’ombre de la nuit se dissipe avec lenteur berçant la fraîcheur du matin. Furtivement, délaisse ton univers, afin de te permettre de t’abandonner dans le néant matinal de la nature divine. Le chant des oiseaux caresse ton âme. Le parfum des arbres ondule sur ta peau et le vent du firmament te transporte vers le cosmos de la béatitude, sublimant ton âme à l’apogée de l’extase.  

 

C’est cela Diwali. Baignant l’âme dans l’osmose cosmique du bonheur, subjuguant la demeure de l’homme afin qu’il soit en apothéose avec cette lumière éternelle qu’est le Tout Puissant. Diwali nous partage sa lumière, là où il n’y a pas de lumière. Alors ouvre grand la porte de ton cœur car impatient, Diwali t’attend.

 

Le sous-continent Indien et la diaspora de la grande péninsule ont mille et une raisons de commémorer leur joie à l’avènement de Diwali. Mais ici, au fin fond de la planète terre nous accueillons la lumière de sa sainteté Ram et Sita (Divinités hindoues) et nous embellissons la voie divine en illuminant notre île.

 

Combien apparent est le zèle de la communauté hindoue à l’approche des premiers jours de novembre. Car c’est l’annonciateur de la venue de la grande fête.

 

La planification innée, la tradition bien ancrée. La modernité acquise, à l’épreuve, réhaussant l’ampleur de la fête. Que ce soit au manoir ou au bidonville on se fait propre de fond en comble. On enjolive les ustensiles et la verrerie brille de mille feux. Un saut dans les grandes surfaces ou à la boutique du coin, une nécessité à tout prix. Des nouvelles parures à tout un chacun à ne pas manquer. Tandis que la rosée languit parmi le parfum du matin, les casseroles huileuses au four accueillent délices et saveurs qui adouciront les mœurs des divins. Les gâteaux piments, gâteaux patates, laddous, barfi, rusgoullas (saveurs de l’Inde). Tu n’as qu’à suggérer et ils sont dans le four. Les douceurs typiques de l’Inde ne sont mises au rancart mais en primeur défiant les préparatifs de la maison. Gulab Jamun, Shaki Tukela, Jalebi Pyasam (pâtisserie de l’Inde antique) des merveilles qui vous mettent l’eau à la bouche. On est sur la brèche, sur ses pieds mais non-épuisés, car la festivité est sur le seuil, bien enclenchée. Les yeux dansant au rythme de l’âme. La sagesse des anciens et la légèreté des jeunes rivalisent tandis que le divin céleste illumine l’enthousiasme et le zèle des croyants.

A l’extérieur, les connaisseurs affairés comme des abeilles dans une ruche se pressent de fixer les attirails électriques, les nichant avec les ampoules sur le toit, les murs, le porche, dans la cour, sur les clôtures, enfin, tout autour de la maison.  Les Diyas (lampes sacrées) sont bien là avec une pincée artistique sur le seuil respectant une tradition des ancêtres.

 

Ainsi s’approche le couchant du soleil annonçant l’arrivée de Ram et de Sita. C’est l’heure du puja (la prière) une douche rituelle purifiant grands et petits. Le corps et l’âme sains, drapés à l’indienne, on fait son entrée dans le lieu de prière, chantant les mantras (prière) implorant grâces et bénédictions. Les douceurs sont parfumées et bénies par le chef de la famille. La réunion de prière terminée, la famille rayonne de sourires radieux, vivants car Diwali est bien là et il est temps de faire valoir l’essence de la fête – Le Partage.  Le partage d’amour, compréhension, prospérité, joie et bonheur à ses voisins. Vital et primordial, qui ne peut être exprimé que par les pâtisseries, douceurs et gâteaux  à l’occasion de Diwali.

 

Entre temps le soleil s’évince à petit pas, faisant place à la lumière de Ram et de Sita qui inonde le cœur de ceux présents, les submergeant de joie et de bonheur.

 

Dès qu’on enclenche le commutateur et enflamme le Diya, manoir et chaumière s’enveloppent d’une myriade de lumières envahissant notre âme d’une béatitude éternelle. Les rayons absolus dont seul Diwali savoure le secret. Diwali source de lumière et de joie, source d’amour et de l’unité illuminant la fraternité de l’homme. Si nous n’avons pas été au paradis, Ram nous donne un aperçu de ce qu’est le paradis. Le paradis ! Vivre dans une île où il fait bon de pouvoir apprécier la bénédiction de la culture de ses voisins.

 

Joyeux et Heureux Diwali à tous ceux qui croient en la Divinité de la Lumière.

 

R.M.

Autres articles

  • Coco quand je te tiens, je ne te lâche plus
    06 Jul 2018

    Me prélassant sur un transat, face au lagon d’une eau turquoise au sud-ouest de Maurice, le bras tendu, je m’évertuais à appliquer de l’huile de coco raffinée sur ma peau

    Lire plus
  • 14 juillet … Du tricolore au quadricolore ! Si loin, et pourtant si près …
    12 Jul 2018

    Lors de mes ballades en solitaire à Port-Louis, dont les rues pavées et les bâtiments en pierre basaltique me rappellent bien l’occupation française, mes pensées vagabondent et j’essaie d’imaginer ceux qui y passaient leur hiver dans le temps, fuyant ainsi le climat moins clément de Curepipe, “la ville des hauts” (là où ils vivaient pendant les périodes estivales).

    Lire plus
  • L’ île Maurice : La passion du Champ de Mars.
    19 Jul 2018

    Ainsi le Champ de Mars à Port-Louis (le plus vieil  hippodrome de l’hémisphère sud) est en ébullition. Car les courses hippiques du samedi sont en selle.

    Lire plus