Mama Laterre
11 Jun 2021

Ile Maurice: ‘Tapons’ sur les bambous, produit naturel éco-responsable 

 

Il fut un temps à l’île Maurice où des magnifiques haies de bambou, connu comme le Bambusa Multiplex servaient à protéger les demeures dans les hauteurs du plateau central. Ces haies taillées, un véritable goût de fraîcheur pour les yeux permettaient d’évacuer l’eau de façon naturelle. A usages multiples de par le monde, le bambou fait aujourd’hui partie des produits éco-responsables, chaudement recommandés.

 

D’une sous-famille des Graminées, et regroupant cinq-cents espèces différentes, la plupart d’entre elles sont originaires de l’Asie du Sud Est.

 

L’usage économique du bambou, celui qui pousse près des berges à l’île Maurice et connu comme le Bambusa vulgaris est multiple: le jeune est utilisé en vannerie, alors que le vieux parce que plus dur sied mieux aux constructions. Il sert de support aux tonnelles, pour en faire des objets décoratifs, des cannes à pêche, des ustensiles de cuisine, des instruments de musique, des manches à couteaux, des semelles de souliers, des radeaux et ses grains sont très utilisés en cosmétologie. Il paraît que le riz a juste le temps de cuire avant que le bambou ne se détériore sous l’action du feu!

 

Il est extrêmement rare de voir les bambous en fleurs, car cela n’arrive des fois que sur plusieurs dizaines d’années ou même d’un siècle. Quand cela se passe, c’est dans le monde entier et ce phénomène est curieux.

 

Pour redonner ses lettres de noblesse au bambou, pourquoi ne pas en replanter? Nous pourrons ainsi ‘taper’ dans cette actualité de l’éco chuchotement…

 

Lza M Natur

Autres articles

  • Coco quand je te tiens, je ne te lâche plus
    06 Jul 2018

    Me prélassant sur un transat, face au lagon d’une eau turquoise au sud-ouest de Maurice, le bras tendu, je m’évertuais à appliquer de l’huile de coco raffinée sur ma peau

    Lire plus
  • 14 juillet … Du tricolore au quadricolore ! Si loin, et pourtant si près …
    12 Jul 2018

    Lors de mes ballades en solitaire à Port-Louis, dont les rues pavées et les bâtiments en pierre basaltique me rappellent bien l’occupation française, mes pensées vagabondent et j’essaie d’imaginer ceux qui y passaient leur hiver dans le temps, fuyant ainsi le climat moins clément de Curepipe, “la ville des hauts” (là où ils vivaient pendant les périodes estivales).

    Lire plus
  • L’ île Maurice : La passion du Champ de Mars.
    19 Jul 2018

    Ainsi le Champ de Mars à Port-Louis (le plus vieil  hippodrome de l’hémisphère sud) est en ébullition. Car les courses hippiques du samedi sont en selle.

    Lire plus