Mama Laterre
19 Mar 2021

L’abondance des Pitayas ou fruits du dragon à l’île Maurice

 

La demande pour la consommation des fruits de saison diminuant avec la fermeture des frontières au tourisme, les jardins de l’île Maurice se sont vite retrouvés avec un surplus de fruits les uns plus beaux que les autres.  L’un de ceux-là est le pitaya, jusqu’ici quelque peu méconnu, mais qui regorge de pleins de bienfaits.

 

Le pitaya est le fruit d’un cactus grimpant qui s’enroule autour d’un tuteur ou un arbre. Ses fleurs appelées ’belles de nuit’ de 30 centimètres de diamètre, sentant la douce odeur de vanille ne s’ouvrent qu’une fois en début de soirée et sont éphémères. Cinq sortes de fruits sont commercialisés et sur des étals, ces fruits attirent de par leur forme et leur couleur.  Du rouge vif ou vermillon, il faut vraiment le couper pour voir la beauté de sa chair pulpeuse et remplie de petites graines noires laxatives.

 

Riche en vitamines, minéraux et fibres, le pitaya pauvre en calories est un antioxydant et aide à réduire le taux d’acide urique dans le sang et favorise la prévention de la goutte. En cette ère de réchauffement climatique, le pitaya est certainement le fruit d’avenir car il a l’avantage de nécessiter de cinq à dix fois moins d’eau que n’importe quelle autre culture fruitière.

 

Merci à Dame Nature pour toute cette abondance… Merci de nous permettre de consommer ce fruit du dragon si délicieux dans son état naturel, quoique je ne dirai pas non à un petit sorbet de pitaya... vraiment rafraichissant en été, un délice pour les papilles et les yeux !

 

Lza M Natur

Autres articles

  • Coco quand je te tiens, je ne te lâche plus
    06 Jul 2018

    Me prélassant sur un transat, face au lagon d’une eau turquoise au sud-ouest de Maurice, le bras tendu, je m’évertuais à appliquer de l’huile de coco raffinée sur ma peau

    Lire plus
  • 14 juillet … Du tricolore au quadricolore ! Si loin, et pourtant si près …
    12 Jul 2018

    Lors de mes ballades en solitaire à Port-Louis, dont les rues pavées et les bâtiments en pierre basaltique me rappellent bien l’occupation française, mes pensées vagabondent et j’essaie d’imaginer ceux qui y passaient leur hiver dans le temps, fuyant ainsi le climat moins clément de Curepipe, “la ville des hauts” (là où ils vivaient pendant les périodes estivales).

    Lire plus
  • L’ île Maurice : La passion du Champ de Mars.
    19 Jul 2018

    Ainsi le Champ de Mars à Port-Louis (le plus vieil  hippodrome de l’hémisphère sud) est en ébullition. Car les courses hippiques du samedi sont en selle.

    Lire plus