Culture & Tradition
06 Sep 2018

Père Laval – L’ Apôtre de Maurice

 

"Tou lé banané lé 09 septembre ...(Tous les ans, le 09 septembre)..." Ce sont les premières paroles d'une chanson locale (séga), chantée en 1959 par un de nos chanteurs locaux.  Chaque année à pareille époque, nous l'entendons sur nos ondes.  Il faut dire que ce fut bien la toute première fois où l’on osa ainsi chanter les louanges d’un religieux et de surcroît en langue créole!  Ceci créa bien des remous, car cette langue était associée au langage parlé par les esclaves. En ce temps là, ce séga fut même banni sur les ondes.  Que raconte t-il donc ?  En effet, il relate un évènement qui se répète tous les ans dans notre petite île et ce, depuis des générations : le pèlerinage du Bienheureux Père Laval. Je vous avoue qu'à l'écoute de cette chanson, me reviennent toujours des souvenirs mêlés d'émotions. Je me revois toute petite faisant le trajet en famille jusqu’au tombeau situé à Sainte Croix où je sentais déjà une ferveur particulière, qu’à l’époque, j’avais bien du mal à comprendre.  Au fil des années, tout est devenu un peu plus clair ….

 

Jacques Désiré Laval, Père missionaire spiritain arriva sur l’île de sa Normandie natale,  en septembre 1841. Mèdecin de formation, il oeuvra beaucoup pour les pauvres, les esclaves qui venaient de retrouver leur liberté.  Il évangélisa, conseilla, soigna et aida la population des affranchis à s’extraire de leur misère aussi bien spirituelle que matérielle.  Il devint vite, ce que l’on peut appeler un sauveur d'âmes.  Il fut surnommé l'Apôtre de Maurice.  A dos de mulet, le Père Laval parcourera chaque recoin de l’île et déclenchera un grand élan de conversion là où il passera.  Chappelles et églises seront construites suite à son passage, sous son impulsion.

 

La renommée du Père Laval dépasse bien vite les frontières. L’on parle de l'Apôtre des pauvres, qui réussit l’exploit de maintenir la paix sociale de toute une population à une époque quelque peu tourmentée, grâce à son dévouement et sa grande disponibilité.  Il mourut pieusement le 09 septembre 1864 et depuis on lui prêta un miracle qui eut lieu en 1923. En 1979, Il fut nommé Bienheureux par le Pape Jean-Paul II qui par ailleurs, visita le tombeau du Père Laval à l’île Maurice dix ans plus tard.

Quel moment d'émotions pour l'ensemble de la population mauricienne!

 

Ainsi tous les ans, des milliers de mauriciens font le pèlerinage dans la nuit du 08 au 09 septembre, jusqu'au tombeau du Père Laval à l' occasion de l'anniversaire de sa mort.  Il va sans dire que comme pour toutes nos fêtes mauriciennes, plusieurs composantes de la population de l'île se joint à ce pèlerinage. Nous sommes nombreux et de foi différente à marcher de notre domicile jusqu'au tombeau dans le plus grand receuillement. Certains s'y mettent en groupe ou en famille alors que d'autres préfèrent le faire en solitaire.  Les malades sont nombreux à faire le déplacement, bien souvent en voiture ou autre moyen de locomotion. L'important, c'est de rendre hommage à ce grand homme qui, bien des décennies plus tard, est toujours présent dans notre coeur à tous.

Chacun fera sa progression vers le tombeau à son propre rythme en priant intérieurement ou en mêlant ses prières et chants de louange à d'autres.  D'aucuns prendront la route avant le lever du jour alors que d'autres s'y rendront plutôt la nuit tombée et marcheront de nuit. Chemin faisant, ils auront certainement une petite pensée pour le Père Laval qui de son temps, avala bien des kilomètres pour se mettre à la disposition des plus démunis.  Il y aura ceux qui feront la démarche en signe de reconnaissance pour une grâce obtenue et ceux qui se mettront en route avec l 'espoir d'une guérison.

 

Arrivés au tombeau, la foule des fidèles patientera afin d’avoir accès au tombeau où ils déposeront des bougies, des fleurs acompagnées de leurs intentions de prières.  Il n'est pas rare que les fleurs déposées à même le tombeau soient ramenées à la maison.  Elles serviront, en cas de maladie, à apaiser les douleurs, guérir les plaies de l' âme, si ce n'est celles du corps ....comme un geste de confiance inébranlable.  Il y règne une atmosphère difficile à décrire, à la lueur des chandelles allumées, la ferveur et la vénération des fidèles est palpable.

 

 A la lecture des messages de reconnaissance inscrites sur des morceaux de bois ou gravés dans de la pierre, même les plus sceptiques ne pourront que constater l’ampleur de l’impact du Bienheureux Père Laval sur la vie de nos compatriotes.  Cette ferveur gagne également les îles avoisinantes qui organisent chaque année des pèlerinages à Maurice pour les réunionnais, rodriguais et autres îliens.

 

Pour ma part, je ne râte jamais la grand'messe qui est dite à l'église juxtaposant le tombeau lors de la célébration de cette fête. En route, je suis toujours impréssionée par la foule cosmopolite. Au détour  d’une rue, je rencontre les marchands du temple proposant, qui des bougies, qui des statuettes et autres objets de culte. Certains profitant de la situation pour vendre des objets improbables (qui prêtent à sourire) ...malgré les interdictions.

 

Pendant la semaine suivant la fête, des pèlerins continueront à affluer, ceux qui n'auront pas eu le courage de braver les foules ou ceux qui préfèreront tout simplement rendre hommage, à leur facon, plus discrètement, un peu comme un rendez-vous annuel en face à face.  Oui, en matière de miracles, la première du Bienheureux Père Laval fut sans doute, celui réussir à perpétuer une paix sociale sur une toute petite île à communautés pluriculturelles, et qui malgré toutes les différences et divergences, a su mettre en avant-plan, un grand respect mutuel.

 

L’Apôtre de Maurice – Le Bienheureux Père Laval, de là où il est, a de quoi être fier de son heritage!

 

A Sainte Croix, en ce 09 septembre, souhaitons que perdurent pour de nombreuses années encore, paix et harmonie sur notre belle île Maurice !

 

NadElle

Autres articles

  • Coco quand je te tiens, je ne te lâche plus
    06 Jul 2018

    Me prélassant sur un transat, face au lagon d’une eau turquoise au sud-ouest de Maurice, le bras tendu, je m’évertuais à appliquer de l’huile de coco raffinée sur ma peau

    Lire plus
  • 14 juillet … Du tricolore au quadricolore ! Si loin, et pourtant si près …
    12 Jul 2018

    Lors de mes ballades en solitaire à Port-Louis, dont les rues pavées et les bâtiments en pierre basaltique me rappellent bien l’occupation française, mes pensées vagabondent et j’essaie d’imaginer ceux qui y passaient leur hiver dans le temps, fuyant ainsi le climat moins clément de Curepipe, “la ville des hauts” (là où ils vivaient pendant les périodes estivales).

    Lire plus
  • L’ île Maurice : La passion du Champ de Mars.
    19 Jul 2018

    Ainsi le Champ de Mars à Port-Louis (le plus vieil  hippodrome de l’hémisphère sud) est en ébullition. Car les courses hippiques du samedi sont en selle.

    Lire plus