Vivre à la Mauricienne
01 Oct 2020

Souvenirs du passé! - Nos matelassiers

 

Vous souvenez-vous de nos matelassiers ? Il faut savoir que dans le temps, nos matelas en fibre de coco étaient confectionnés localement par des artisans de l’île Maurice qui venaient les faire à domicile. Le “matla coco”, comme on l’appelait, était entièrement naturel. Il était constitué essentiellement de fibres de coco, provenant de l’écorce de noix de coco et de coton puis recouvert d’un tissu. On faisait appel au matelassier que l’on pouvait trouver marchant dans les rues ou tout près du marché central à Port-Louis, la capitale du pays.

 

On les reconnaissait car ils avaient tous dans chaque main, un bâton de 1,50 mètres de long. Ces bâtons servaient au matelassier à battre énergiquement les fibres de coco et à les tasser afin d’obtenir un matelas de bonne qualité. Il s’attelait ensuite à coudre à l’aide d’énormes aiguilles, le tissu constituant le fourreau du matelas. Chaque année, l’on faisait appel au matelassier pour venir rembourrer les matelas de la maisonnée.

 

Qui a encore en mémoire, ses grincements de dents lorsqu’il se faisait piquer par une fibre de coco de son matelas d’alors… ? Au fil du temps, les matelas coco ont été remplacés par les matelas en mousse ou autres matières plus modernes. Bien tristement, nous n’avions pas conscience que nos matelas coco étaient naturellement hypoallergénique et anti bactérien. Entièrement écologiques, ils étaient ce que l’on faisait de mieux pour la santé tout en étant facile à l’entretien. Le plus triste, c’est la fin d’un métier qui nourrissait nos matelassiers d’alors !

 

NadElle

Autres articles

  • Coco quand je te tiens, je ne te lâche plus
    06 Jul 2018

    Me prélassant sur un transat, face au lagon d’une eau turquoise au sud-ouest de Maurice, le bras tendu, je m’évertuais à appliquer de l’huile de coco raffinée sur ma peau

    Lire plus
  • 14 juillet … Du tricolore au quadricolore ! Si loin, et pourtant si près …
    12 Jul 2018

    Lors de mes ballades en solitaire à Port-Louis, dont les rues pavées et les bâtiments en pierre basaltique me rappellent bien l’occupation française, mes pensées vagabondent et j’essaie d’imaginer ceux qui y passaient leur hiver dans le temps, fuyant ainsi le climat moins clément de Curepipe, “la ville des hauts” (là où ils vivaient pendant les périodes estivales).

    Lire plus
  • L’ île Maurice : La passion du Champ de Mars.
    19 Jul 2018

    Ainsi le Champ de Mars à Port-Louis (le plus vieil  hippodrome de l’hémisphère sud) est en ébullition. Car les courses hippiques du samedi sont en selle.

    Lire plus