Découvertes
30 Aug 2019

Suivez moi chez les de Rochecouste, voulez vous !

 

Non loin de Beau Vallon, dans le hameau de Riche en Eau, se trouve un des beaux vestiges de notre passé colonial: Le Château de Riche en Eau. Mes pas m’y ont menée en ce 12 mars dernier (une des deux dates où cette propriété privée ouvre ses portes aux visiteurs avisés, la deuxième étant pour la Journée du Patrimoine). Vous vous rendrez vite compte qu’en matière de Château, ce serait plutôt une grande demeure coloniale datant des années 1900 appartenant à une famille d’ origine française, les de Rochecouste.

 

En premier lieu, il faut dire que la route qui dessert cette partie de l’ île n’a pas son pareil. Les rues presque désertes, ombragées par de grands arbres, me donnèrent tout de suite une impression de plénitude et de tranquilité. Aux abords du Château, l’on put rencontrer quelques habitants de la région qui abondèrent d' histoires d’antan, du temps où la propriété sucrière de Riche en Eau était en pleine activité, procurant de l’emploi à plusieurs familles du coin. “Nou gran fami” (Nos ancêtres) travaillaient à l’usine, dans les champs … mais également au “Château”, nous confièrent-ils. Fait particulier, cette maison est toujours occupée épisodiquement par les descendants, le temps de vacances passées sous les tropiques. J’appris qu’on y tourna certaines scènes de la série télévisée “Paul et Virginie” de Pierre Gaspard-Huit dans les années 70.

 

Ce domaine abrita la première sucrerie de Riche en Eau. Avant d’y accèder, mon regard fut tout de suite attiré par le mur d’enceinte recouvert de lianes. La longue allée, bordée de palmiers à l’entrée, me donna déjà un aperçu de l’ampleur de cette propriété. Je fus vite transportée dans le temps et imaginais sans peine, la dimension sociale de cette famille. Le vert prédomine avec par endroits, quelques fleurs sauvages apportant de petites touches colorées à ce somptueux jardin ! Et si la belle demeure centrale aiguisa tout de suite ma curiosité avec ses marches en pierre, sa belle varangue et ses portes en bois, c’est bien le parc du Château qui  m’impressionna le plus de par son étendue.

 

La découverte des espaces verts de ce domaine me fit vite plonger dans le passé où j’ imaginais les longues ballades à cheval des propriétaires à travers les bourgs aux alentours et autour du domaine. Les magnifiques écuries recouvertes de plantes grimpantes n’ont rien perdu de leur cachet même si elles ne servent plus à grand’chose. Un gratte-chaussures au bas d’un escalier en pierre attira mon attention. Je découvris qu’il servait à enlever la boue des bottes de nos cavaliers après leurs promenades à cheval.

 

A quelques mètres, faisant face aux écuries, nous découvrîmes un pigeonnier, malheureusement sans aucune utilité, les pigeons l’ayant déserté depuis fort longtemps. Je dûs quand même louer la sauvegarde de ce monument rare et ancien. Des arbres exceptionnels dont certains sont des arbres fruitiers ornent majestueusement le parc; il est facile d' imaginer les enfants du domaine gambadant joyeusement autour de ces arbres sous le regard bienveillant des nounous de l’époque.

De part et d’autres, l’on peut trouver différents plans d’eau. Riche en Eau,  n’évoque t-il pas un endroit où l’eau ne manque pas ? Probablement parce que cette région de l’île est bien connue pour être souvent arrosée. A certains endroits, l’eau prend une belle couleur verte en raison de la mousse au fond de l’eau et du reflet du soleil sur la végétation luxuriante. J’y repérai également une sorte de bassin ombragé et je me plus à imaginer qu’il servit de piscine aux dames du domaine qui cherchaient à se rafraîchir en période de grandes chaleurs.

 

Au détour d’un bosquet, je trouvai une belle végétation de magnifiques bambous de Chine.  Plus loin, une aile du domaine, encore en bon état et qui dans le temps, fut réservée aux serviteurs. En jetant un oeil à travers les vitres de la grande demeure, je pus laisser errer mon imagination et me faire une idée de ce que devait être la vie des résidents de l’époque. Ça et là, quelques belles pièces de meubles anciens en bois rare.

 

Pendant ma visite, je surpris une conversation entre une visiteuse d’ un âge certain et les enfants qui l’ accompagnaient. Elle expliquait qu’elle vivait dans le coin depuis sa naissance et qu’elle avait toujours entendu parler de ce “château” qui avait alimenté son imagination de petite fille mais que c’était bien la première fois qu’elle avait la chance d’y mettre les pieds. Nos regards se croisèrent un instant et je sentis une pointe de nostalgie dans le sien, voire même … une certaine émotion.

 

Debout sous la belle varangue des de Rochecouste, avec une vue plongeante sur l’immense jardin à perte de vue, je me surpris à remercier silencieusement cette famille qui s’efforce de garder intact ce trésor, sans chercher à le moderniser. Nous donner la chance de le visiter gratuitement chaque année, est un privilège rare que nous leur devons.  Je loue le fait qu’ à ce jour, ils ne se soient pas laisser tenter par d’alléchantes propositions de promoteurs immobiliers qui n’hésiteraient pas à modifier cet endroit magique en moins de deux,  en un centre commercial moderne avec des aires de stationnement vue sur les beaux plans d’eau de Riche en Eau !

 

NadElle

Autres articles

  • Coco quand je te tiens, je ne te lâche plus
    06 Jul 2018

    Me prélassant sur un transat, face au lagon d’une eau turquoise au sud-ouest de Maurice, le bras tendu, je m’évertuais à appliquer de l’huile de coco raffinée sur ma peau

    Lire plus
  • 14 juillet … Du tricolore au quadricolore ! Si loin, et pourtant si près …
    12 Jul 2018

    Lors de mes ballades en solitaire à Port-Louis, dont les rues pavées et les bâtiments en pierre basaltique me rappellent bien l’occupation française, mes pensées vagabondent et j’essaie d’imaginer ceux qui y passaient leur hiver dans le temps, fuyant ainsi le climat moins clément de Curepipe, “la ville des hauts” (là où ils vivaient pendant les périodes estivales).

    Lire plus
  • L’ île Maurice : La passion du Champ de Mars.
    19 Jul 2018

    Ainsi le Champ de Mars à Port-Louis (le plus vieil  hippodrome de l’hémisphère sud) est en ébullition. Car les courses hippiques du samedi sont en selle.

    Lire plus